TE et ruxolitinib

Modérateurs : sergio, jlt

Avatar du membre
sergio
Messages : 1015
Enregistré le : sam. août 12, 2006 7:48 pm

TE et ruxolitinib

jeu. oct. 12, 2017 2:42 pm

Dans l'article ci-dessous, le Pr Nicole CASADEVAL nous relate un essai clinique RUXOLITINIB/versus, Hydréa,Anagrélide et interféron dans la prise en charge de la TE.


L’hydroxyurée et des faibles doses d’aspirine sont recommandées comme traitement de première ligne chez les patients atteints de thrombocytémie essentielle (TE) à haut risque. Environ 20% des patients deviennent intolérants ou résistants à l’hydroxyurée au cours du traitement et il a été montré que ces patients ont un risque accru de transformation et ont une durée de vie réduite. Les options de traitement pour ces patients sont limitées et souvent associées à une mauvaise qualité de vie.
Un précédent essai non randomisé chez 39 patients avec TE résistants ou intolérants à l’hydroxyurée a montré que le ruxolitinib est efficace et  diminue le chiffre de plaquettes et de globules blancs.
 
Ici est présenté un essai randomisé de phase II qui compare l’efficacité et la sécurité du ruxolitinib versus le meilleur traitement disponible chez des patients avec TE à haut risque, résistants ou intolérants à l’hydroxyurée (essai MAJIC-IET).
Cent seize patients remplissant les critères de résistance ou d’intolérance à l’hydroxyurée ont été recrutés et randomisés 1/1. Environ 50% des patients étaient intolérants, 25% résistants et 25% résistants et intolérants.
La dose de départ du ruxolitinib était de 25 mg 2 fois/jour ou 20 mg 2 fois/jour si le chiffre de plaquettes de départ était compris entre 100 et 200 x 109 /L. La dose moyenne pendant la première année a été de 19 mg 2 fois/jour.
Le meilleur traitement disponible prescrit au moins une fois a été l’hydroxyurée chez 71% des patients, l’anagrélide chez 48% des patients et l’interféron chez 40% des patients. Tous les patients recevaient de l’aspirine à faible dose, sauf s’il existait une contre-indication.
 
La rémission complète, qui était le critère primaire principal, a été obtenue chez 46,5% des patients dans le bras ruxolitinib versus 44,2% dans le bras meilleur traitement disponible. Des rémissions partielles ont été obtenues chez 46% des patients dans le bras ruxolitinib et 51% dans le bras meilleur traitement disponible.
En ce qui concerne la durée de réponse, il n’y a pas de différence évidente entre les deux bras. La survie globale et la survie sans progression à un an sont similaires dans les deux bras.
 
Après deux ans de suivi, l’évolution vers une myélofibrose est apparue chez 8 patients dans le bras ruxolitinib versus 5 dans le bras meilleur traitement disponible. La transformation en leucémie aigüe était de 1 patient dans le bras ruxolitinib, pas de différence avec le bras meilleur traitement disponible.
En ce qui concerne les thromboses ou les hémorragies, 17% des patients dans le bras ruxolitinib (10 patients) ont subi des épisodes thrombotiques comparé à 3 patients (8%) dans le bras meilleur traitement disponible avec 5 évènements (différence non significative).
 
En ce qui concerne la réponse moléculaire, après 12 mois de traitement, la charge allélique moyenne n’a pas varié significativement dans aucun des deux  bras. A noter simplement dans le bras ruxolitinib, une réponse moléculaire complète et une réponse moléculaire partielle chez 2 patients JAK2 V617F positifs et deux réponses moléculaires complètes pour 2 patients CAL R positifs. Aucune rémission complète ni partielle dans le bras meilleur traitement disponible n’a été obtenue.
Une seule différence importante entre les deux bras : la diminution des symptômes généraux est plus rapide et plus marquée dans le bras ruxolitinib. De même, le prurit est nettement amélioré par le ruxolitinib. Globalement, le score total des symptômes (TSS) est favorable pour le bras ruxolitinib.
 
En conclusion, l’essai MAJIC-ET suggère que le ruxolitinib n’est pas plus efficace, comparé aux meilleurs traitements disponibles, pour la plupart des critères. L’amélioration des symptômes est supérieure avec le ruxolitinib, mais il n’y a aucune différence dans cette étude en ce qui concerne le contrôle de la numération, la transformation, la thrombose ou l’hémorragie.
Je suis le président de ALTE-ASSO.
n'hésitez pas à me questionner par mail, par message privé ou par téléphone au 0981377212

Retourner vers « CLINICAL TRIALS »

Connexion  •  S’enregistrer