Avatar du membre
sergio
Messages : 1062
Enregistré le : sam. août 12, 2006 7:48 pm

Un sujet qui ne manque pas d'intérêt dans les myélodysplasie

mar. oct. 09, 2012 5:22 pm

Lénalidomide (LEN) et Azacitidine (5AZA) dans les syndromes myélodysplasiques (SMD) de haut risque.


Les SMD de haut risque représentent environ 25-30% des cas de SMD diagnostiqués. Ils correspondent aux formes avec excès de blastes ou avec un score pronostic international (IPSS) supérieur à 1. L’azacitidine (5AZA) est utilisé en monothérapie en première ligne et actuellement, une étude française compare une monothérapie par 5AZA avec des associations de cet agent à d’autres drogues comme le lénalidomide (LEN) ou le valproate de sodium. Nous avions rapporté les résultats d’une phase I (Revue de presse n°406, le 20 avril 2010) qui avait permis de définir les doses optimales d’azacitidine et de LEN en association : 75 mg par m² pendant 5 jours pour la première et 10 mg par jour pendant 21 jours pour le second. Le même groupe a poursuivi son analyse par une phase II. Seuls 18 malades ont été inclus dans cette seconde étude et la nouvelle publication de Sekeres et al porte sur les 36 patients inclus dans les 2 phases. L’âge médian était de 68 ans et le suivi de 12 mois. La distribution dans les catégories IPSS intermédiaire 1, intermédiaire 2 et risque élevé était de 5, 2 et 11 malades. 22 patients développaient une neutropénie fébrile, 11% une complication cardiaque et 11% une complication dermatologique. Le taux global de réponse était de 72% incluant 16 malades (44%) ayant obtenu une rémission complète. 28 patients avaient une amélioration hématologique. La durée médiane de rémission complète était de 17 mois (3-39+) alors que la survie globale était de 37 mois chez les patients ayant obtenu une rémission complète et de 13,6 mois pour l’ensemble de la cohorte. Une analyse mutationnelle des principaux gènes connus comme étant réarrangés dans les SMD a été effectuée chez 19 malades de l’étude. De façon intéressante, tous les patients qui portaient une mutation de TET2, IDH1/2 ou de DNMT3A obtenaient une rémission complète. Ces résultats cliniques confirment ce que la phase I a suggéré, c'est-à-dire une efficacité apparemment supérieure de l’association LEN-5AZA par rapport à une monothérapie par 5AZA. Dans cette étude, l’évaluation était portée après 6 cycles de traitement et il sera important d’évaluer la réponse à plus long terme.
Rédacteur : Eric Wattel
Je suis le président de ALTE-ASSO.
n'hésitez pas à me questionner par mail, par message privé ou par téléphone au 0981377212

Retourner vers « PUBLICATIONS »

Connexion  •  S’enregistrer